Virée à Istanbul

Virée à Istanbul

Au détour d’un week-end prolongé, quoi de mieux que de sauter dans l’avion pour déconnecter ? Pour ce week-end d’avril, nous avons choisi Istanbul, perle de l’Orient aux portes de l’Europe.

** Sultanahmet et la vieille ville **

Nous commençons notre visite par le quartier historique de Sultanahmet, situé sur la rive européenne d’Istanbul. Ce quartier, qui tient son nom de la mosquée bleue, Sultanahmet Camii en turc, est une véritable caverne d’Alibaba pour les passionnés d’histoire : Palais de Topkapi, Sainte Sophie, Mosquée Bleue et mosquées en tous genres, bazars, … C’est donc sans surprise que ce quartier est aussi le plus touristique de la ville ; d’ailleurs, très peu de turcs vivent réellement dans le quartier, qui, hormis ses monuments, semble quasi-exclusivement composé d’hôtels et restaurants.

Si l’authenticité du quartier n’est donc pas particulièrement au rendez-vous, nous choisissons malgré tout d’y réserver notre hôtel pour nous permettre de visiter l’essentiel de nos points d’intérêt à pied.

Pour cette première soirée, nous faisons un crochet depuis l’aéroport vers les murailles de Constantinople, dont les origines remontent au VIIè siècle avant J.-C. S’il n’en reste pas grand-chose aujourd’hui faute d’entretien, on peut quand même longer les ruines de ces murailles dans la banlieue d’Istanbul, avant de rejoindre le tramway qui nous emmène à Sultanahmet.

Après un détour pour poser nos affaires à l’hôtel, il est temps de nous confronter à la gastronomie turque ! Pour ce premier repas, nous décidons de marquer le coup en prenant un menu découverte complet. On ne sera déçus ni par le cadre avec une vue magique sur Sainte Sophie et la mosquée bleue, ni par la quantité des portions astronomiques, ni par la qualité gustative des plats ! On commence sur les chapeaux de roue !

Où manger à Istanbul ? Armada Terrasse Restaurant

Une adresse que l’on recommande vivement vu la qualité du repas et du vin, et la quantité des portions !

Sultanahmet Ahirkapi sokak 24

Menu degustation + vin 100TL

www.armadateras.com

Pour notre première visite dans le quartier, nous choisissons de commencer par la Mosquée Bleue. Impossible de passer à côté de ce symbole d’Istanbul, qui a été nommée en référence aux carreaux de céramique bleue qui ornent ses murs.

Et malheureusement pour nous… Seule une petite partie de la mosquée était accessible, pour cause de rénovation. Quelle frustration ! Nous pouvons quand même entrer dans le complexe et profiter de la cour intérieure, avant de repartir, bien dépités tout de même.

Mosquée bleue

Construite au début du XVIIè siècle sur l’ancien emplacement du Grand Palais byzantin, elle est dédiée au sultan Ahmed III. Aujourd’hui renommée pour son architecture et sa silhouette reconnaissable à ses 6 minarets, c’est un lieu incontournable du quartier.

Sultanahmet Cami Kuran Kursu

Entrée libre

Direction ensuite le Palais de Topkapi (initialement prévu le lendemain), quelques dizaines de minutes avant son ouverture pour éviter l’heure de pointe. On s’énerve devant les bornes d’achat de billets, on abandonne, on se positionne dans la queue en attendant que les guichets ouvrent… Au bout de dix minutes, la file a presque triplé de longueur : heureusement que nous sommes arrivés plus tôt !

Le Palais abrite des collections thématiques remarquables (une des trois plus importantes du monde avec celle de la dynastie des Hasbourg et celle des tsars de Russie). Si la visite est très intéressante, j’ai surtout apprécié la promenade dans les jardins, avec notamment une vue agréable de la rive orientale, et la visite du harem, qui est le seul lieu où l’on peut avoir un aperçu de la vie quotidienne des sultans.

Palais de Topkapi

A la conquête de Constantinople en 1453, le sultan Mehmed II le Conquérant décide de faire construire un palais pour accueillir sa cour. Nommé officiellement Grand Palais, il est plus connu sous le nom de Topkapi, qui signifie Porte du canon (en référence aux canons qui étaient positionnés là à l’époque).
Reconstruit et agrandi à de nombreuses reprises, le palais affiche des styles architecturaux variés. Il a abrité jusqu’à 5 000 personnes (gardes, domestiques, membres de la famille impériale et de la cour, …), avant d’être délaissé et réservé aux femmes des sultans déchus ou défunts.

Cankurtaran Mh., 34122 Fatih/Istanbul

30TL + 15TL pour le harem

www.topkapisarayi.gov.tr

En route vers la rive orientale, on s’arrêtera dans le Grand Bazar et le bazar aux épices. Dans ces quartiers, on se sent déjà plus dans l’ambiance authentique d’Istanbul : une foule essentiellement composée de turcs, de l’agitation, des couleurs… ça vit !

Grand bazar

Construit au début du XVè siècle à l’époque du sultan Mehmed II, ce bazar est depuis son origine soigneusement organisé en corporations. On se perd pourtant facilement dans le dédale de ruelles qui quadrillent le Grand Bazar : en même temps, avec plus de 3500 boutiques réparties sur 30 hectares d’où l’on peut entrer par 18 portes différentes, ça ne semble pas si étonnant !

Kalpakçilar Caddesi Sorguçlu Han 22

Entrée libre

www.kapalicarsi.com.tr

Marché aux épices

C’était l’endroit où les commerçants italiens venaient vendre les épices rares à l’époque byzantine. Un chouette endroit, empli de couleurs et d’odeurs !

Marpuccular Caddesi 7

Entrée libre

** Le Bosphore et la ville moderne **

De l’autre côté du Bosphore, se promène un peu dans les rues pour arriver au pied de la tour de Galata. La file d’attente traverse toute la place à cette heure, mais on prend notre mal en patience : il paraît que la vue de là-haut vaut vraiment le coup ! La queue n’avance pas vite, mais on finit par arriver aux guichets. On nous expédie en haut des 7 premiers étages de la tour via l’un des deux ascenseurs. Il faut ensuite grimper les deux derniers étages à pied, en passant devant le restaurant. Enfin, on arrive tout en haut… Et là, il faut bien reconnaître que la vue valait l’attente ! On a un panorama à 360° sur Istanbul et ses minarets qui percent le ciel de toutes parts. C’est beau !

Tour de Galata

Cette tour a été construite en 1348 pour surveiller les flottes commerciales, puis l’apparition des incendies dans la ville, avant d’être transformée en prison et, enfin, en tour d’observation astrologique.

Bereketzade Mahallesi, Galata Kulesi Sk., 34421 Beyoğlu

35TL

En redescendant de la tour, on a maintenant envie de changer de point de vue. Après les hauteurs, on se rapproche du niveau de la mer pour attraper un bateau à l’embarcadère d’eminönü. Comme ce n’était pas particulièrement prévu, on prend nos places pour le prochain départ… Et on a de la chance : il y aura finalement peu d’attente avant de pouvoir monter à bord ! A partir de là, on se laisse guider par la croisière : on remonte le Bosphore les yeux rivés sur Sultanahmet, on glisse sous les ponts, on longe la forteresse de Rumeli… Environ deux heures plus tard, on retrouve la terre ferme, après une jolie parenthèse sur l’eau. On se promène sur le bord de mer en passant par la gare de Sirkeci, la gare de l’orient-express.

** Sainte Sophie **

Pour cette dernière journée, nous préparons enfin notre visite de Sainte-Sophie, qui nous a nargués tout le week-end. En arrivant à l’ouverture, on entre assez vite, sans être trop submergés par la foule. Après quelques pas dans la mosquée / basilique, on lève le nez : on ne peut qu’être impressionnés par la voûte de 56m de haut ! On parcourt le premier niveau en long, en large et en travers, avant de grimper les marches jusqu’à l’étage. Le couloir semble tout droit sorti de l’Antiquité avec ses pierres polies. Là-haut, on recherche les célèbres mosaïques byzantines (du moins ce qu’il en reste).
En sortant, on s’arrête devant le mausolée de Selim II qui luit sous les rayons du soleil matinal.

Sainte Sophie

C’est après sa conversion au christianisme que l’empereur Constantin voulut ériger une basilique consacrée à la sagesse divine, Hagia Sophia. Un premier édifice plutôt modeste fut construit au IVè siècle puis détruit et reconstruit à plusieurs reprises. En 532, l’empereur Justinien décida sa reconstruction en un bâtiment grandiose, cette fois. D’abord pillée par les croisés en 1204, elle est ensuite reconvertie en mosquée par les Ottomans qui envahissent la ville en 1453. Au lieu de la détruire comme la plupart des édifices chrétiens, Mehmed II décida de la préserver et érigea des minarets atour du bâtiment, qui lui donneront l’apparence qu’on lui retrouve aujourd’hui.

Sultan Ahmet Mahallesi, Ayasofya Meydanı, 34122 Fatih/İstanbul

30TL

www.ayasofyamuzesi.gov.tr

Ensuite, nous dégainons les lampes torches pour nous enfoncer dans la citerne basilique, rendue célèbre par plusieurs productions holywoodiennes.
L’atmosphère est sombre, oui, mais loin d’être étouffante : je suis surprise par l’espace de ce lieu avec ses hautes colonnes. Petit détour par la célèbre Méduse, avant de retrouver la surface, avec un drôle de sentiment : rien à dire, c’est vraiment un lieu hors du commun !

Citerne basilique

Construite sous le règne de l’empereur Justinien au VIè siècle, la citerne alimentait en eau le Grand Palais.

Alemdar Mh., Yerebatan Cd. 1/3, 34410 Fatih/İstanbul

20TL

Notre dernière visite nous emmène à la petite Saint Sophie (ou église des Saints Serge et Bacchus, de la légende selon laquelle les deux Saints se seraient portés garants de l’empereur Justinien lorsque celui-ci a été accusé de complot contre son oncle). On y entre un peu par hasard, ravis de trouver enfin un endroit délaissé des touristes (ou presque). Ici, ce sont les frises bleues qui attirent l’œil, et le calme du bâtiment et de sa petite cour.

Petite Sainte Sophie

Ancienne église grecque orthodoxe reconvertie en mosquée sous l’empire ottoman, elle a également été construite sous le règne de l’empereur Justinien sur le modèle de sa grande sœur.

Küçük Ayasofya Cami Sk. No:20


Entrée libre

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *