Une (courte) semaine en Grèce

Une (courte) semaine en Grèce

Pardon ? Un mariage en Grèce, vous dites ? Bon, très bien, on va se sacrifier alors…
Malheureusement, au milieu de nos contraintes professionnelles respectives, nous n’aurons pas plus d’une semaine sur place, avec deux contraintes : un atterrissage à Athènes, et au moins une journée à Paros pour le mariage. Alors, que pourra-t-on faire pendant cette semaine ?

** Partie 1 – Athènes : 3 jours **

Athènes est reconnue mondialement pour la richesse de son patrimoine historique, en particulier pour ses vestiges de l’antiquité grecque.

C’est donc tout naturellement que nous prenons un airbnb près de l’acropole… Où nous nous retrouverons à la première heure le lendemain matin.
La visite de l’acropole peut être libre, ou avec un guide. Face à la foule, on préfèrera faire la visite par nous-mêmes !

Il suffit de suivre le chemin balisé et la file de touristes : on passe alors devant le théâtre antique de Dionysos, puis voilà le Parthénon, le temple Erechtéion… On redescend la colline en prenant le chemin périphérique, plus calme, qui permet de contourner l’acropole et revenir vers le théâtre.
Peu après la sortie du domaine, une colline nous permet de surplomber Athènes et de profiter d’une jolie vue sur l’acropole d’un côté, l’agora de l’autre. Ça tombe bien, ce sera notre prochaine étape !

L’Acropole

L’acropole se dresse en haut d’un plateau d’où elle servait de citadelle pour protéger la ville d’Athènes (XIIIè siècle av J-C), puis de sanctuaire religieux (VIIIè siècle av J-C). Le sanctuaire est organisé autour de la statue d’Athéna, considérée comme la déesse titulaire de la ville.
On peut y admirer le Parthénon (dont la fonction initiale est encore inconnue : Temple ? Trésor ?) et les Cariatides de temple d’Erechtéion

Athènes 105 58

20€ l’entrée simple, ou 30€ avec un billet combiné

http://odysseus.culture.gr/h/3/eh351.jsp?obj_id=2384 (site du ministère de la culture)

https://vivreathenes.com/conseils-pratiques-pour-visiter-l-acropole-d-athenes.html (conseils pratiques)

https://etickets.tap.gr/ (billetterie en ligne)

Pour nous rendre à l’agora, nous descendons la colline en passant par le quartier pittoresque de Plaka.

L’agora elle-même se niche au cœur d’un grand domaine qui sent bon la pinède : on commence par accéder au musée de l’Agora antique, situé dans le bâtiment Stoa d’Attale, que le roi de Pergame Attale II offrit vers -150 av. J-C en remerciement de l’éducation qu’il reçut dans la Cité-Etat d’Athènes. Si le bâtiment originel n’a pas survécu au temps, il a été reconstruit à l’identique en 1956 pour y abriter le musée. Celui-ci expose de nombreux objets retrouvés lors des fouilles sur le site de l’Agora antique (pièces de monnaies, céramiques, armes, …).
En traversant les ruines, on peut remonter jusqu’au temple d’Hephaistos (un des mieux conservés à l’heure actuelle).

L’Agora

L’Agora était la place de rencontre et de commerce de la ville d’Athènes durant l’Antiquité. C’est également sur cette place que les citoyens se réunissaient pour les débats et les élections. On y tenait également des fêtes religieuses, des représentations théâtrales, etc. En somme, c’était le cœur de la vie athénienne !
Elle comporte donc des bâtiments à fonction religieuse (temples et autels, …) et politique (siège de la monnaie, …).

Adrianou 24, Athina 105 55

8€ l’entrée simple

http://odysseus.culture.gr/h/3/eh351.jsp?obj_id=2485

Après ces deux visites chargées d’histoire, il est temps de remplir nos estomacs ! Nous déambulons dans les rues du quartier de Monastiraki, avant de tomber sur un restaurant qui est à peine en train d’installer les couverts : Oineas

Où manger à Athènes ? L’Oineas

Des plats simples mais avec des produits très frais. Le meilleur poulpe que nous ayons dégusté en Grèce !

Esopou 9, Athina 105 54

Environ 20€ par personne avec vin et boissons

Nous continuons notre visite avec la Cathédrale de l’Annonciation. Si on se sent déjà petit en arrivant devant la façade imposante, l’intérieur quant à lui est franchement époustouflant : des couleurs, des dorures, des motifs et des frises, des coupoles et des arches pleines… On en prend plein les yeux !

Cathédrale de l’annonciation

La cathédrale a été construite à partir des marbres de soixante-douze églises détruites pour réaliser le projet.

Mitropoleos, Athina 105 56

Entrée libre

A la sortie, on est accueillis par l’orage qu’on nous promettait depuis la veille. Tant pis, on écourte la visite ! On reprendra le lendemain.
Pour le soir, après s’être fait arnaquer (de manière prévisible) dans les restaurants à touristes de la rue derrière l’acropole, on fait quelques courses dans le supermarché du coin pour un apéro dinatoire maison, au chaud dans notre airbnb.

Notre airbnb chez Anadina

Si l’appartement est un peu vieillot, l’accueil d’Anadina a été au top ! Les pièces sont spacieuses et l’on n’a manqué de rien… D’autant que nous étions à deux pas de l’Acropole !

Proche acropole

60€ par nuit pour 4 personnes

Le lendemain, nous commençons la journée par la visite du musée de l’acropole, en espérant que le temps se découvre par la suite.
Ensuite, direction la porte d’Hadrien, surprenante au bord d’une large avenue bondée de voiture, pour un crochet vers Olympiéion et ses colonnes millénaires.

Nous poussons un peu plus loin pour découvrir le stade panathénaïque. Je l’attendais avec impatience… Et je ne suis pas déçue ! Le noir profond de la piste tranche avec la couleur claire des pierres. Le musée recèle quelques surprises en exposant les affiches des précédents J.O, ainsi que certaines torches ayant servi à allumer la flamme.

Stade Panathénaïque

Son nom signifie “stade de tous les Athéniens”, mais il est également connu sous le nom de “kallimarmaro” en référence au marbre qui le compose intégralement ! C’est un stade antique, dont l’inauguration remonte à -330 av J-C, et qui a été rénové pour les premiers J.O de l’ère moderne (en 1896).

Leof. Vasileos Konstantinou, Athina 116 35

5€ l’entrée simple

En sortant, nous grimpons les marches pour admirer la vue d’en-haut. Nous allons aussi nous apercevoir de l’arrivée imminente de gros nuages noirs ! Ceux-ci vont précipiter notre sortie, pour essayer de profiter du jardin national avant le déluge…

On se promène dans les allées bucoliques (romantiques, même !) pour découvrir de petits bosquets et des bassins abritant poissons et tortues. Au détour d’un chemin, on découvrira également un enclos abritant chèvres, lapins, paons… Toute la ménagerie est là !

Jardin national

Créé à la demande de la reine Amélie en 1839, ce jardin abrite plus de 500 espèces de plantes différentes. C’est un endroit incontournable pour une pause végétale !

Leoforos Vasilisis Amalias 1, Athina 105 57

Entrée libre

A la sortie du jardin, nous nous retrouvons devant Zappéion. Le bâtiment d’un jaune vif sort effectivement de l’ordinaire, mais ce qui a retenu mon attention, c’est plutôt l’allée bordée d’arbres aux fleurs violettes qui part de la place.

La journée est finie, et nous rentrons tranquillement dans le quartier de l’acropole. Pour ce soir, nous avons réservé dans un restaurant un peu plus “chic” !

Balcony restaurant & bar

L’ensemble de plats était goûteux et plutôt copieux, pour des prix correct au vu de la qualité du service. Une bonne adresse dans le coin. Malheureusement, sous la pluie battante, nous n’avons pas pu tester leur terrasse extérieure, qui doit jouir d’une vue superbe sur l’acropole !

Veikou 1, Athina 117 42

Environ 30€ par personne

http://balconyathens.com/

Pour notre troisième journée à Athènes, nous nous retrouverons près de la place Syntagma, ou place de la Constitution, où siège le parlement grec. Nous aurons la surprise d’y observer la relève de la garde !

Une fois le cortège éloigné, nous redescendons l’avenue pour découvrir l’église Agios Eletherios.

Eglise Agios Eleftherios

Bâtie sur les ruine du temple consacré à la déesse Eileithyia, elle est intégralement composée de pierre issues d’autres bâtiments qui datent aussi bien de l’antiquité que d’époques plus modernes (jusqu’au XIIIà siècle). Nichée au cœur d’un quartier très urbanisé, elle semble bien singulière !

Metropoleus pl, 8, Athina 105 56

Entrée libre

Nous nous enfoncerons ensuite dans le marché aux puces de Monastiraki, pour faire les dernières emplettes de touristes !

Marché aux puces – Monastiraki

Le marché se niche au cœur d’un dédale de rues étroites où s’entassent les étals en tous genres. Ici se tenait l’ancien bazar turc !

Apostolou Pavlou, Athina 118 51

Entrée libre

Notre dernière étape à Athènes sera la colline Lycabette, d’où l’on peut jouir d’une vue imprenable sur tout Athènes. On y monte en téléphérique (après avoir bien crapahuté avec nos valises dans les rues en pente du quartier en contrebas), avant de terminer la montée par un petit chemin qui serpente vers le sommet. Effectivement, le panorama est saisissant !

Mont Lycabette

Le mont culmine à 277 mètres. La légende raconte qu’il serait né du rocher qu’Athéna aurait lâché en apercevant deux corbeaux noirs, signe de mauvais présage.
Au sommet, on découvre la chapelle Saint Georges et la vue spectaculaire qui s’étend à 360° !

7€ A/R en téléphérique

** Partie 2 – Santorin : 1 jour **

Se rendre à Santorin

Nous avons choisi de prendre l’avion depuis Athènes, afin de minimiser nos temps de trajet. Pour cela, plusieurs compagnies proposent des places, mais au final, tout le monde prend le même (petit) avion !

65€ aller avec Olympic Air

45min en avion ou de 5h à 13h en bateau

Bien que la beauté de Santorin soit vantée de manière unanime, nous choisissons de n’y passer qu’une journée, escale plutôt courte avant de poursuivre vers Paros.
Si nous nous remettons pas ce jugement en cause (l’île avait l’air effectivement splendide), l’idée ici était d’échapper à la foule inévitable dans ce haut lieu du tourisme des Cyclades. En arrivant très tôt dans la matinée, nous avons pu profiter d’Oia, village pittoresque au nord de l’île avant l’arrivée massive des touristes. Nous voilà bien dans l’ambiance ! Rues tortueuses aux murs d’un blanc immaculé et éblouissant au moindre rayon de soleil, coupoles bleues, formes carrées…
Alors que le déjeuner approche, les rues d’Oia commencent à se remplir : on quitte le village pour pique-niquer sur une grande plage à proximité : la plage de paradeisos, réputée pour son sable noir. Pas d’erreur sur la marchandise, le sable est bien sombre et, à cette heure, la plage est déserte. Parfait !

Nous redescendons ensuite vers le village de Fira. Ici, pas de doute : on est en heure pleine ! Si les touristes se bousculent sur les terrasses, nous réussissons à nous frayer un chemin jusque dans les hauteurs du village. Retour par les ruelles étroites, puis nous irons rendre notre voiture de location pour récupérer le bus qui nous amènera au port. Le ferry nous y attend (ou pas) pour nous emmener à Paros !

** Partie 3 – Paros : 4 jours **

Pour notre première journée à Paros, nous louons des quads pour faire le tour de l’île, qui est un peu trop grande pour tout faire à pied, et trop vallonnée pour envisager le vélo (en tout cas, pour nous). Le quad étant très répandu dans ces îles, cela constituait un bon compromis liberté / budget. Et puis, il faut l’avouer, c’est plus fun que la voiture (en tout cas, quand il fait beau) !

Louer un quad

Le quad est le moyen de transport idéal dans les îles : facile à garer, tout-terrain… Attention cela dit aux frileux de la conduite (comme moi), les sensations sont différentes de la voiture et cela peut être impressionnant !

Parikia, Paros

25€ par jour

https://parosrentcar.com/

Nous commençons donc naturellement à faire le tour de l’île en longeant la mer. On y découvrira de jolies criques, de petites et grandes plages.
Après un rapide ravitaillement dans l’une des supérettes du village de Drios, nous nous arrêtons pique-niquer sur la “Golden Beach”, encore tranquille à cette heure.
On remonte vers Naoussa et son très joli port, où nous dégusterons un thé glacé à l’ombre des terrasses qui donnent sur la plage. C’est aussi l’occasion d’explorer l’enetiko kastro, le château vénitien.

Enetiko Castro

Ce château défensif a été construit au XVè siècle par la dynastie des Sommaripas. Il peut se visiter en se promenant le long du port !

Port de Naoussa

Entrée libre

Petit détour par la splendide plage de Kolympithres, puis nous redescendrons tranquillement vers Parikia.

Maintenant que nous avons fait notre repérage, il est temps d’en profiter !
Sans hésiter, on met cap sur le Nord. D’abord, on va crapahuter sur les rochers de l’ancien monastère (Paralia monastiri). On y déniche de gros lézards pas trop farouches, mais aussi une eau limpide et des couleurs incroyables.
Un peu plus haut, quelques sentiers permettent de s’aventurer au cœur des rochers, jusqu’au phare. Bien qu’assez mal indiquée (les panneaux indiquent une direction puis l’autre, on est vite embrouillés), la promenade reste agréable et accessible à tous.

Korakas Lighthouse

C’est entreprise française qui a construit ce phare en 1887. C’est une balade tranquille qui permet de s’y rendre, pour atteindre le bout du bout de l’île de Paros !

Extrême Nord de Paros, après le monastère

Nous profiterons ensuite de la plage de Kolympithres d’un peu plus près : l’une des plus belles plages repérées hier nous attend ! On se cache dans une crique déserte et on plonge dans l’eau (encore un peu fraîche en ce début mai). Au milieu des petits poissons et des crabes, les crevettes viennent inspecter nos pieds !

Pour le déjeuner, nous retournons à Naoussa près de la petite plage bordée de restaurants. Cette fois, on s’y arrêtera pour un vrai repas à la Taverna Glafkos.

Taverna Glafkos

Le repas était bon sans être exceptionnel, le service moyen, mais c’est le cadre qui fait tout l’intérêt de ce restaurant : on se croirait les pieds dans l’eau !

Náoussa 844 01

Pour les jours suivants, nous profiterons de notre charmant hôtel, où se déroule la cérémonie du mariage. A proximité, nous y trouverons de jolies plages (notamment celle de Parasporos) et un chouette café/restaurant (le Magaya).

Hôtel Paros Bay

Bien sûr, notre séjour à Paros Bay était un peu spécial car il était quasi privatisé à l’occasion du mariage. Mais il faut bien noter que le cadre était splendide : grande piscine d’un bleu turquoise, plages à proximité, tout proche de Parikia pour les restaurants, un bar sympa à quelques minutes de marche, et des repas sur place plus que corrects ! Le seul bémol : un manque d’isolation sonore qui nous faisait parfois participer à la vie des voisins.

Parikia, Paros

http://www.parosbay.com/

Nous prendrons ensuite le ferry pour rentrer à Athènes par le Pirée.

Ferries Santorin et Paros

Nous avons choisi la compagnie Blue Start Ferry. Si la ponctualité n’a pas toujours été au rendez-vous, le service était au top. Les ferries sont spacieux et propres, avec des espaces plutôt confort !
Pensez à bien aller chercher vos billets papier aux kiosques près des ports.

3h Santorin – Paros ; 6h Paros – Athènes

69€ Santorin>Paros & Paros>Athènes

https://www.go-ferry.com/

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *